Rechercher
  • L'équipe du Cheeta

Kyo jutsu tenkan ho

https://www.facebook.com/Idankalah/videos/126010566151200 Lorsque l'on a peur, l'on inhibe une partie de ses structures corticales (lobes frontaux) Cela peut se voir lorsque des individus coupent alors le monde en deux : le bons et les méchants, eux vs nous mais aussi "ce qui marche et ce qui ne marches pas". Ce type de mise en scene me semble incroyablement simpliste et décrit une pseudo-analyse : il y aurait ce qui marche et ce qui ne marches pas. loin de moi le fait de dire que tout fonctionnes pareillement. Simplement on ne critiques bien que ce qu'on l'a étudié et pour bien étudier qqchose il faut l'aimer. Autrement dit, on ne critiques bien que ce qu'on aime. La l'intervenant démontre un type de défense que j'ai put voir en krav maga mais il commet l'erreur numéro 1 de ce type d'analyse faite "sans amour" ni connexion avec le sujet observé : il applique un technique/un protocole sans en appliquer tous les éléments. Des lors, c'est à l'analyse de mouvement ce que l'homme de paille est à un argumentaire : une pratique de cerveaux desersperés en utilisation sub-optimale. En Krav maga, on va "entrer", déplacer son centre masse pour, justement, avec des rafales de coups de poing, chercher à atteindre le centre de gravité d'autrui. Le désarmement se faisant lorsque le systeme nerveux d'en face pense à se restabiliser (voie motrice principale-cervelet-) qu'à utiliser le couteau (voies motrices secondaires). Et je suis d'autant plus à l'aise à formuler cette critique que je ne...pratiques pas le Krav maga et ne déploierais pas non plus ce type de stratégies face à un couteau. Simplement, cela se voit que sa compréhension de ce qu'il prétends critiquer est lacunaire et ne convaincras donc que des gens mus par la peur qui, à cause de l’inhibition des lobes frontaux, n'auront pas les capacités cognitives de répéter cette "arnaque épistémologique" Lorsque l'on critique un mouvement, une technique, une stratégie, une structure, une tactique etc. Il est important de la remettre dans son contexte : culturel, environnemental, stratégique etc. Sinon, forcement, plus on l'éloigneras de son champ d'application optimale, plus elle aura de failles. C'est d'ailleurs la tout l'art de l'a guerre : saisir les champs d'applications optimaux et amener les opposants hors de ce champ (ce que l'on appelle dans le Bujinkan kyo jutsu tenkan ho : l'art de faire passer le vide pour plein et vice versa) En un sens, sa prestation reste un bel exemple de ce type de stratagème...Mais pas, dans ce cas, pas au niveau du contenu du propos mais bien au niveau du subterfuge épistémologique. Or, il se trouve que cela entraine justement la poursuite du conflit, meme indirectement Si "BU JUTSU" est traduit par "l'art d’arrêter la lance", notre seul chance consiste précisement à sortir de la notion meme de conflit mimétique...

13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout